Menu

Sytral

Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise

Top

Qualité de l'air dans le métro

Surveillance de la qualité de l'air dans le métro

L'environnement du réseau métro contient différents niveaux d'empoussièrement directement liés à la fréquence du passage du métro. Ces particules fines en suspension (PM10 et PM2,5) augmentent ainsi pendant les heures de pointe et baissent en heures creuses et très fortement la nuit et les week-ends.
Majoritairement constituées de fer, ces particules sont essentiellement émises par les systèmes de freinage du matériel roulant.

Différentes campagnes de mesure de la qualité de l’air intérieur dans les métros en France mettent en évidence cette pollution particulaire spécifique à ces enceintes ferroviaires souterraines.

Des mesures pour surveiller la qualité de l'air dans le métro :

  • En 2017 : le SYTRAL et KEOLIS Lyon se sont associés à cette démarche et ont organisé une phase expérimentale de mesures sur le premier semestre 2017 sur le réseau métro TCL. 

Une campagne de mesures avait été réalisée précédemment en 2002 par COPARLY (désormais ATMO Auvergne -Rhône-Alpes). Le rapport d’étude est consultable sur le site internet d’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes / rubrique « publications » : https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/publications/etude-preliminaire-de-la-qualite-de-lair-dans-le-metro-lyonnais-2002

Les résultats :

Les niveaux d’empoussièrement sont relativement similaires sur les lignes A, B et D du métro. Ils sont plus réduits sur les lignes C et Funiculaires, du fait du profil partiellement à ciel ouvert des lignes.

Contrairement à l’air ambiant où les particules proviennent majoritairement du trafic automobile, la pollution des enceintes ferroviaires est issue principalement du roulement et de l’usure des matériaux en frottement du matériel roulant. Les particules analysées sont majoritairement constituées de fer et essentiellement émises par les systèmes de freinage du matériel roulant du métro.

Les actions en cours et à venir :

Une centrale de mesure de l'empoussièrement dans le réseau :

Afin de surveiller de manière perenne la qualité de l'air et le taux de pollution dans le métro, le SYTRAL va implanter une centrale de mesure qui analysera en continu les particules fines. Cet équipement sera installé en 2019.

Une étude de modélisation de la production et de la migration des particules :

Afin de mieux cibler les actions permettant de réduire les sources d’émission et les zones d’accumulation, le SYTRAL va lancer une étude de modélisation courant 2019.

L'acquisition du nouveau matériel roulant éco-conçu :

Respectueuses de l'environnement, les nouvelles rames MPL16 qui seront progressivement mises en place sur la ligne B (à partir de 2020) et sur la ligne D (à partir de 2023) sont dotées de dispositifs de récupération de l’énergie de freinage (freinage électrodynamique) plus performant que les dispositifs équipant les rames actuellement en service (MPL75) ce qui aura pour conséquence de réduire très significativement l’utilisation du freinage mécanique (sabot de frein frottant les roues fer).

De ce fait, les émissions de particules fines issue du frottement des équipements de freinage seront significativement réduites.

Des partenariats innovants pour améliorer la qualité de l'air :

Enfin, plusieurs partenariats sont à l’étude avec des instituts de recherche et des groupes universitaires afin de tester, en laboratoire ou in situ, des solutions innovantes de réduction de l’empoussièrement.

À lire aussi dans la même rubrique

Sytral

Sytral

Syndicat mixte des Transports pour le
Rhône et l'Agglomération Lyonnaise

21 boulevard Vivier Merle - CS 63815
69487 Lyon cedex 03

Tél : 04 72 84 58 00

Suivez-nous sur les réseaux sociaux,
c'est un réseau de plus !