• Accueil
  • La mobilité de demain
  • La révision du PDU

PDU : Plan de Déplacements Urbains



Facebook Twitter Google+

Le PDU, qu'est ce que c'est ?

Une feuille de route pour l'organisation des déplacements de personnes et de marchandises

Il fixe les orientations de la politique des déplacements de l’agglomération à moyen et long terme sur le territoire du PTU (Périmètre de transports urbains) du SYTRAL.
C’est dans le PDU que sont inscrits les projets de développement du réseau de transport en commun ou des idées d’actions qui resteront à être étudiées plus précisément avant leur mise en œuvre.

A quoi doit il répondre ?

Le code des transports prévoit que le PDU vise à assurer :

  • l'équilibre durable entre les besoins en matière de mobilité et de facilités d'accès, d'une part, et la protection de l'environnement et de la santé, d'autre part,
  • le renforcement de la cohésion sociale et urbaine,
  • l'amélioration de la sécurité de tous les déplacements,
  • la diminution du trafic automobile,
  • le développement des transports collectifs et des moyens de déplacement les moins consommateurs d'énergie et les moins polluants,
  • l'amélioration de l'usage du réseau principal de voirie dans l'agglomération,
  • l'organisation du stationnement sur la voirie et dans les parcs publics de stationnement,
  • l'organisation des conditions d'approvisionnement de l'agglomération nécessaires aux activités commerciales et artisanales,
  • l'amélioration du transport des personnels des entreprises et des collectivités publiques,
  • l'organisation d'une tarification et d'une billettique intégrées pour l'ensemble des déplacements,
  • la réalisation, la configuration et la localisation d'infrastructures de charge destinées à favoriser l'usage de véhicules électriques ou hybrides rechargeables.
22 avril / Révision du Plan de Déplacements Urbains

Le SYTRAL révise actuellement le Plan de Déplacements Urbains (PDU) de l'agglomération lyonnaise. C'est la feuille de route pour l'organisation des déplacements de personnes et de marchandises sur le territoire de l'agglomération.

Le savez-vous ?

C'est le code des transports qui fixe le cadre législatif et les objectifs du PDU !

>>> En savoir plus :

article L1214 sur Légifrance

Presse

Le Plan de Déplacements Urbains (PDU)

Le Plan de Déplacements Urbains (PDU)

Publications

Calendrier de la concertation

Calendrier de la concertation
Lire >

Facebook Twitter Google+

Facebook Twitter Google+

La révision : pourquoi ? Comment ?

Un peu d'histoire...

1997 : premier PDU de l'agglomération lyonnaise
2005 : révision et adoption du PDU


Le PDU doit prendre en compte l'évolution de la société, des usages et des réseaux de transport

Différents facteurs agissent sur les déplacements urbains et contribuent à leur évolution : changements d’usages, de rythmes et de modes de vie, projets de développement des territoires

Depuis 2005, l'agglomération lyonnaise a fortement évolué :

  • nouveaux habitants et de nouveaux emplois,
  • développement du réseau de transport : nouvelles lignes de tramway, de bus, le prolongement de métro....

Vers un nouveau PDU

Le SYTRAL a engagé l'élaboration du nouveau PDU de l’agglomération lyonnaise lors de son Comité syndical du 5 mars 2015. La révision du PDU est un travail partenarial qui prendra effet en 2017.

le SYTRAL engage en 2014 la révision du PDU pour accompagner le développement de l'agglomération et anticiper les réponses les plus adaptées à nos déplacements.


Publications

Calendrier de la concertation

Calendrier de la concertation
Lire >
Délibération sur la révision du PDU

Délibération sur la révision du PDU
Lire >
Plaquette sur la révision du PDU

Plaquette sur la révision du PDU
Lire >

Facebook Twitter Google+

9 sujets majeurs à l'étude

Le SYTRAL a identifié 9 objectifs majeurs qui devront être au cœur de la révision du PDU :

1

Une meilleure prise en compte de l’interface avec les territoires voisins :

L'agglomération lyonnaise est au coeur d'un vaste territoire (Nord-Isère, côtière de l’Ain, Est et Ouest lyonnais, vallée du Giers) et génère de nombreux flux de déplacements.
La révision du PDU doit prendre en compte cette attractivité.


2

Diversifier les pratiques modales à l’échelle de l'agglomération lyonnaise :

Le centre de l’agglomération (Lyon et Villeurbanne) bénéficie aujourd’hui d’une grande diversité d’offre en matière de transport. Au delà du centre, le nouveau PDU devra proposer des solutions de transport alternatives à la voiture utilisée seul.


3

Anticiper les besoins de développement des transports collectifs :

Pour répondre aux besoins de déplacements dans l’agglomération, le nouveau PDU devra proposer l'extension et le développement de nouvelles lignes, le renforcement de la capacité des lignes existantes, l'amélioration de la performance du réseau bus.


4

Réduire les nuisances liées au trafic automobile :

Le PDU de l’agglomération lyonnaise visera une baisse significative de la pollution de l’air, du bruit et des émissions de gaz à effet de serre.
Il identifiera les actions à mener pour que la rue soit un espace véritablement partagé entre les différents modes de déplacements en veillant tout particulièrement à la sécurité des piétons et des cyclistes.


5

Développer la marche à pieds, au service des politiques de santé publique :

La marche à pied et le vélo sont parfois les plus pertinents pour certains déplacements du quotidien. Le PDU veillera à leur valorisation dans le fonctionnement de la ville de demain. Il cherchera à initier un changement de regard et de discours dans les actions de communication en leur faveur car se déplacer à pied et à vélo est bénéfique pour la santé. 


6

Proposer des outils pour accompagner les changements de comportement :

Pour aider les habitants à s'approprier les offres de transport alternatives à la voiture, le PDU identifiera les actions à mener comme la poursuite des services d'information multimodale déjà déployés ou le développement d'un véritable conseil en mobilité auprès de publics variés (usagers, nouveaux résidents, acteurs économiques notamment). Dans ce cadre, les nouvelles opportunités offertes par les technologies de l’informatique et de la communication sont des leviers intéressants à mobiliser.


7

Prendre en compte les territoires peu denses et/ou éloignés :

Il s'agit de répondre aux enjeux de vulnérabilité énergétique.
Le PDU portera une vigilance accrue à ces sujets qui peuvent concerner notamment les habitants de deuxième et troisième couronnes.


8

Réfléchir sur les nouveaux modes de distribution des marchandises en ville :

Intégrer le transport de marchandises en ville dans la politique globale de déplacements Au-delà des déplacements des personnes, le PDU doit également traiter des conditions du transport de marchandises.


9

Mettre en place un travail partenarial pour la révision, la mise en œuvre et le suivi du PDU :

Le SYTRAL entend renforcer la dynamique de travail partenarial enclenchée ces dernières années, afin de faire du PDU un document partagé qui donne un nouvel élan à la politique de déplacements de l’agglomération.

Publications

Calendrier de la concertation

Calendrier de la concertation
Lire >

Facebook Twitter Google+

Les comptes-rendus des "mini-publics" :

De mai à novembre 2015, des séances de travail appelées "Mini-publics" ont eu lieu avec des habitants volontaires non spécialistes de la mobilité et des animateurs professionnels.

Les participants ont rendu leurs avis et en voici quelques extraits :

  • renforcement de l’offre alternative à la voiture individuelle,
  • importance d’en simplifier l’accès et l’utilisation,
  • responsabilisation des acteurs et un peu de contrainte… voilà les solutions proposées !

Les comptes-rendus de ces mini-publics sont désormais en ligne ! Prenez-en connaissance !

15 déc. / Les mini-publics s'expriment !

Retrouvez la synthèse des avis des mini-publics du Plan de Déplacements Urbains. 

Les 3 groupes constitués pour les mini-publics :

Les testeurs

Le groupe des « testeurs », composés d’automobilistes aux profils variés, ont travaillé sur la question des moyens à mettre en œuvre pour faire changer les comportements en matière de mobilité en se prêtant au jeu de tester des solutions de déplacements qu’ils n’utilisaient pas régulièrement.

Retrouvez la synthèse de leur avis en colonne de droite.

Les débatteurs

Le groupe des « débatteurs », composés d’habitants aux profils diversifiés, ont confronté les enjeux collectifs et individuels en matière de déplacement pour se positionner sur la délicate question « orienter ou laisser faire » les individus en matière de déplacements.

Retrouvez la synthèse de leur avis en colonne de droite.

Les prospectivistes 

Le groupe des « prospectivistes », jeunes de moins de 30 ans aux profils diversifiés, a réfléchi aux tendances à privilégier pour l’avenir des déplacements dans l’agglomération.

Retrouvez la synthèse de leur avis en colonne de droite.

Publications

Avis PDU - Les "testeurs"

Avis PDU - Les "testeurs"
Lire >
Avis PDU - Les "débatteurs"

Avis PDU - Les "débatteurs"
Lire >
Avis PDU - Les "prospectivistes"

Avis PDU - Les "prospectivistes"
Lire >

Facebook Twitter Google+

Une démarche partenariale

La révision du PDU rassemble les acteurs institutionnels en charge de la mise en œuvre des politiques de déplacements. Ils travaillent conjointement à la définition d’une stratégie globale qui traite de tous les modes et de tous les enjeux associés.

Le SYTRAL impulsera une dynamique de travail partenarial, afin de faire du PDU un document partagé par tous les acteurs.

Les principaux partenaires :

  • La Métropole de Lyon,
  • le Conseil départemental du Rhône,
  • la Région Rhône-Alpes
  • l’Etat

Les Syndicats mixtes porteurs des Schéma de cohérence territoriale (Scot) de l’agglomération lyonnaise et de l’ouest lyonnais sont également associés à son élaboration.

Les temps d'échanges et de rencontres tout au long de l'année :

Pendant la révision du PDU, le public et les experts seront conviés à plusieurs rencontres :

  • Les conférences-débat :
    ouvertes à tous (experts, des représentants de la société civile, grand public), ces conférences abordent les grandes thématiques du PDU.

 

  • Les séances de travail-habitants :
    ce sont des réunions avec un nombre restreint d’habitants non spécialistes, pour mieux connaitre le vécu des déplacements au quotidien, mieux comprendre les attentes et les évolutions de comportements.  Ces séances seront organisées et pilotées par des animateurs professionnels.

 

  • Les ateliers-partenariaux :
    Ils rassemblent des représentants des collectivités partenaires et des experts afin d'alimenter l'écriture du nouveau PDU.
    Le SYTRAL pourra organiser des temps d’échanges avec des représentants d’associations, de la société civile ou des professions concernées.

Vidéos

Intervention de Michel Lussault - Plan de déplacements urbains

Intervention de Michel Lussault - Plan de déplacements urbains
Voir la vidéo >

Comment participer à la révision du PDU ?

VOUS ETES UNE ASSOCIATION* ?

 

Vous souhaitez être consulté pour la révision du PDU ? Envoyez votre demande par courrier postal au SYTRAL en mentionnant les coordonnées de votre association et en formulant vos attentes :

SYTRAL
Direction Prospective
21 bd Vivier Merle
CS 63815
69487 Lyon Cedex 03

 


* Associations visées à l’article L.1214-14 du Code des transports : représentants des professions et des usagers des transports, associations de personnes handicapées ou dont la mobilité est réduite, chambres de commerce et d'industrie, associations agréées de protection de l'environnement


Facebook Twitter Google+

Calendrier PDU


Facebook Twitter Google+

4 orientations du PDU et 200 actions à mettre en oeuvre !

Des groupes de travail ont été mobilisés pour définir les orientations et les actions à mettre en œuvre.
Ces séances de travail ont permis d’inscrire au PDU quatre orientations principales qui se déclinent en près de 200 actions :

1) Une agglomération où tous les moyens de déplacements ont leur place :

Diminuer l’usage de la voiture au profit des modes alternatifs grâce à un espace public aménagé en priorité pour les modes doux, la mise en place du réseau de lignes fortes de transport collectif (prolongement des lignes T1, T2, T3, T4, C1, C2, C3 et du métro B à Oullins), l’amélioration de la circulation et de la régularité des principales lignes de bus, un meilleur partage de la voirie, une politique de stationnement volontaire, la mise en cohérence et complémentarité des réseaux, la mise en place une tarification intermodale ...

2) Une agglomération équitable :

Rendre accessible physiquement et financièrement le réseau de transport urbain. Améliorer la desserte des quartiers en périphérie.

3) Une agglomération sûre et agréable à vivre :

Réduire les pollutions et nuisances en limitant le trafic automobile ; améliorer la sécurité routière ; sécuriser l’espace transport collectif.

4) Faire partager les choix :

Concerter, informer, communiquer, sensibiliser.

Plusieurs acteurs pour sa mise en oeuvre

 part des principaux axes du PDU

Le Plan des Déplacements Urbains est élaboré par le SYTRAL mais il implique d’autres maîtres d’ouvrage lors de son élaboration et surtout pour sa mise en œuvre.

Outre le Sytral, ces maîtres d’ouvrage sont :

  • le Grand Lyon,
  • le Conseil général du Rhône,
  • le Conseil régional Rhône-Alpes,
  • l’Etat et des communes.

Les actions prévues au PDU sont soutenues par l'ensemble des partenaires mais souvent pilotées par un seul d'entre eux pour leur mise en œuvre.

Tous impliqués pour avancer

Rôle et implication des acteurs du PDU MOA = Maître d'Ouvrage Seul - Pilote =Action partenariale pour laquelle un pilote est désigné

 Le PDU est un document cadre pour la politique de déplacements urbains, il fixe le cap. Ce qui le fait vivre au quotidien, ce sont les actions de chacun des maîtres d’ouvrage qui participent à sa mise en œuvre.

Depuis 2007 pour suivre l’état d’avancement de cette mise en œuvre, le Sytral réalise chaque année un suivi. Ce suivi révèle ce qui avance bien, fait ressortir d’éventuelles difficultés de mise en œuvre, identifie les actions correctrices à mettre en place pour lever ces difficultés. Ce dispositif de suivi permet de maintenir les partenaires mobilisés autour du PDU. Ce bilan est par exemple, présenté annuellement au Conseil de développement du Grand Lyon. Le Conseil de développement joue en effet, le rôle de comité consultatif des déplacements urbains, c’est l’instance de dialogue avec la société civile sur le suivi et l’évaluation du PDU.

Publications

PDU enseignements déplacements

PDU enseignements déplacements
Lire >
PDU document officiel partie 1

PDU document officiel partie 1
Lire >
PDU document officiel partie 2

PDU document officiel partie 2
Lire >

Acteurs du PDU 2005

Le Plan Modes Doux du Grand Lyon (2009-2020) met l'accent sur les déplacements à pied et à vélo.

 

Avec RhônExpress, le département du Rhône facilite la liaison entre le centre ville et l'aéroport.

 

La Région invite à l'autopartage et aux deux roues sans moteur.

 

Le projet REAL développe la desserte ferroviaire sur l'aire métropolitaine.

 

La politique de transport de la ville de Lyon.


Facebook Twitter Google+

Présentation du PDU de 2005

Le 2 juin 2005, le SYTRAL a adopté le PDU révisé de l’agglomération lyonnaise qui portait sur 4 orientations et plus de 200 actions à mettre en oeuvre !

part des principaux axes du PDU1) Une agglomération où tous les moyens de déplacements ont leur place :

Diminuer l’usage de la voiture au profit des modes alternatifs grâce à un espace public aménagé en priorité pour les modes doux, la mise en place du réseau de lignes fortes de transport collectif (prolongement des lignes T1, T2, T3, T4, C1, C2, C3 et du métro B à Oullins), l’amélioration de la circulation et de la régularité des principales lignes de bus, un meilleur partage de la voirie, une politique de stationnement volontaire, la mise en cohérence et complémentarité des réseaux, la mise en place une tarification intermodale ...

2) Une agglomération équitable :

Rendre accessible physiquement et financièrement le réseau de transport urbain. Améliorer la desserte des quartiers en périphérie.

3) Une agglomération sûre et agréable à vivre :

Réduire les pollutions et nuisances en limitant le trafic automobile ; améliorer la sécurité routière ; sécuriser l’espace transport collectif.

4) Faire partager les choix :

Concerter, informer, communiquer, sensibiliser.

Pour atteindre ces objectifs, plus de 200 actions étaient inscrites au PDU !

Rôle et implication des acteurs du PDU MOA = Maître d'Ouvrage Seul - Pilote =Action partenariale pour laquelle un pilote est désigné

Les partenaires

Le Plan des Déplacements Urbains est élaboré par le SYTRAL mais il implique d’autres maîtres d’ouvrage lors de son élaboration et surtout pour sa mise en œuvre :

  • le SYTRAL
  • le Grand Lyon,
  • le Conseil général du Rhône,
  • le Conseil régional Rhône-Alpes,
  • l’Etat et des communes.

Les actions prévues au PDU sont soutenues par l'ensemble des partenaires mais souvent pilotées par un seul d'entre eux pour leur mise en œuvre.

 

 

Publications

PDU enseignements déplacements

PDU enseignements déplacements
Lire >
PDU document officiel partie 1

PDU document officiel partie 1
Lire >
PDU document officiel partie 2

PDU document officiel partie 2
Lire >

Acteurs du PDU de 2005

Le Plan Modes Doux du Grand Lyon (2009-2020) met l'accent sur les déplacements à pied et à vélo.

 

Avec RhônExpress, le département du Rhône facilite la liaison entre le centre ville et l'aéroport.

 

La Région invite à l'autopartage et aux deux roues sans moteur.

 

Le projet REAL développe la desserte ferroviaire sur l'aire métropolitaine.

 

La politique de transport de la ville de Lyon.


Facebook Twitter Google+

Facebook Twitter Google+

Bilan global

Dans le cadre d’un dispositif partenarial (associant le Grand Lyon, l’Etat, la Région, le département du Rhône, la ville de Lyon), le SYTRAL a réalisé en 2014 l’Evaluation globale du PDU. 95 % des actions prévues dans ce PDU sont aujourd’hui mises en œuvre ou en préparation

Atteints !
les objectifs de répartition modale

Les objectifs du PDU ont été largement atteints. Les objectifs du PDU ont été largement atteints.

Les transports collectifs inscrits au cœur du PDU !

>>> Avec le développement du réseau TCL, on enregistre une hausse de 5,9 % des voyages chaque année en moyenne sur la période 2009-2012.

Grâce au protocole REAL (réseau express de l’aire métropolitaine lyonnaise) signé en 2005, de nombreuses actions ont été lancées :

  • optimisation du réseau TER,
  • optimisation de la cohérence entre réseaux de transports publics (cadencement, fiabilisation des horaires TER)
  • amélioration de l’intermodalité,
  • création et réaménagement de gares,
  • achat de matériel TER,
  • nouvelle tarification intermodale…

>>> Cette dynamique se traduit par une augmentation de la fréquentation du TER de 30 % entre 2005 et 2008.

Le tramway Rhônexpress et la réorganisation de l'offre interurbaine de Cars du Rhône a permis d'améliorer la complémentarité avec les réseaux TER et TCL, selon les principes du protocole REAL.

La  place de la voiture :
les efforts pour limiter son impact 

Des actions emblématiques ont été menées pour réduire la vitesse et réduire le trafic sur certains axes. Les résultats sont visibles depuis dix ans : baisse du trafic dans l’hypercentre et aux portes de Lyon, stagnation en première couronne, ralentissement de l’augmentation à l’extérieur de l’agglomération.

 Des actions sont prises :

  • accroissement des zones de stationnement payant,
  • renfort des contrôles,
  • réglementation du stationnement pour mieux différencier les usages.

Les politiques de stationnement s’inscrivent de plus en plus dans des dynamiques multimodales, avec des places dédiées aux deux-roues et aux véhicules d’autopartage.

Des modes de déplacements très divers
pris en compte ! 

  • Déploiement d’un réseau « armature » vélo de 550 km par la Mtéropole au 1er juillet 2014 (225 en 2001).
  • L’offre de stationnement pour les vélos s’est renforcée avec 8 600 arceaux vélo sur le domaine public, des emplacements dédiés dans les gares TER, 600 places en P+R …

Le partage de l’espace public entre les modes est un thème majeur du PDU, il s’est concrétisé par :

  • des aménagements de proximité au profit des modes actifs (marche à pied et vélo),
  • la mise en zone 30 de la Presqu’Île de Lyon
  • un accroissement de l’espace accordé aux piétons,
  • l’élaboration d’un Plan Piéton par la Métropole…

Le développement de l’intermodalité est au cœur d’actions menées par différents partenaires :

  • billettique et tarification intermodale,
  • développement du site Multitud.org,
  • aménagement de pôles d’échanges multimodaux,
  • augmentation de l’offre en P+R urbains et aménagement de P+R TER.

La sécurité des déplacements était également un thème fort du PDU.
>>> L’objectif de réduire de 50 % le nombre de tués sur les routes de l’agglomération a été atteint. Les actions menées pour agir sur les comportements ont porté leurs fruits, avec une baisse des accidents de 20 %.

Le changement de comportements :
de nombreuses actions prises ! 

Par le biais de son site internet, de campagnes de communications ciblées ou de démarches comme la charte clients, le SYTRAL s’est impliqué dans l’accompagnement des changements de comportement. De même que la Métropole, avec son dispositif de communication chantier, le site OnlyMoov, les projets Optimod’Lyon et Opticities pour tester de nouveaux services à la mobilité.

Les plans de déplacements d’entreprise, interentreprises ou d’administration (PDE/PDIE/PDA) :
constituent des initiatives emblématiques en matière de gestion de la mobilité. En 2014, 400 sociétés avaient engagé un plan de déplacements.

D’autres publics ont été l’objet de démarches spécifiques : la plateforme mobilité-emploi-insertion coordonne différents services pour améliorer l’accès à l’emploi de personnes en insertion résidant en périphérie. Les scolaires bénéficient de plans de déplacements d’établissements. Dans ce cadre ont été développés les Pédibus, animés par des associations soutenues par le Grand Lyon (près de 1 000 enfants concernés)

Le transport des marchandises :
une nouvelle dynamique

La logistique urbaine est une thématique importante au vu de trafic qu’elle représente et de ses impacts sur la voie publique. Elle est inscrite dans une réflexion partenariale avec une instance de dialogue entre sphères publique et privée pilotée par le Grand Lyon.

Cette approche a permis d’aboutir à des projets concrets : création d’un ELU (Espace logistique urbain) aux Cordeliers incluant les livraisons des derniers kilomètres en voiture électrique, instauration du disque livraison 30 minutes, expérimentation de livraisons nocturnes…

 

La grande logistique s’inscrit quant à elle dans une approche multimodale, avec des résultats encourageants : + 40 % de trafic entre 2010 et 2013 pour la plateforme de Vénissieux Saint-Priest, utilisation du Rhône et de la Saône pour le transport de matériaux et de déchets de chantier…

Des évolutions globales encourageantes pour la qualité de vie

Des améliorations significatives ont été apportées à la desserte des quartiers prioritaires, en lien avec les projets de rénovation urbaine.

  • la tarification sociale a été étendue en 2005 aux bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle complémentaire (45 000 abonnés par mois en 2012).
  • Les indicateurs de qualité de l’air marquent une tendance à l’amélioration globale depuis 2004. Seule la concentration en ozone ayant stagné. Mais les normes ne sont toujours pas respectées pour trois polluants : dioxyde d’azote (NO2), particules fines (PM10) et ozone (O3).
  • Les émissions de gaz à effet de serre dues aux déplacements motorisés ont diminué de 10% depuis 2005.

Les mises en service de nouvelles lignes, les aménagements de nouveaux équipements, la rationalisation de la place dévolue à l’automobile… ont contribué à la valorisation de l’espace urbain, voire à son embellissement. Elles participent ainsi au rayonnement de l’agglomération et à sa vitalité économique.

Publications

Délibération- évaluation du PDU 2015

Délibération- évaluation du PDU 2015
Lire >

Chiffres clefs

17%

de déplacement en transport en commun

 

- 5%

de déplacement en voiture depuis 1995

 


Facebook Twitter Google+

Equité sociale et territoriale

L’affirmation d’une « agglomération équitable » est l’un des 4 axes stratégiques du PDU. L’objectif est de répondre aux besoins spécifiques des différentes populations, et de répondre aux besoins de solidarité.

La mise en accessibilité des espaces publics :

En 2008, le réseau TCL a été l'un des premiers grands réseaux de transports collectifs urbains en France à avoir adopté un schéma directeur d’accessibilité.
Le Grand Lyon dispose également d’un schéma d’accessibilité de la voirie.
A Lyon, la mise en accessibilité de la voirie, des espaces publics et des transports collectifs est très avancée, pour répondre à l'objectif de mise en accessibilité à l'horizon 2015.

La tarification sociale :

  • Dès 1997, des tarifs sociaux ont été mis en œuvre sur le réseau TCL. Le nombre d’abonnés sociaux a doublé depuis 2001 (40 000 / mois).
  • En 2005, la tarification sociale a été ouverte aux bénéficiaires de la CMUC. Des partenariats avec les services sociaux permettent de toucher l’essentiel de la population disposant de faibles ressources.

 

La desserte des quartiers d’habitat social et des zones d'emploi :

  • Avec la mise en œuvre du PDU : le désenclavement des quartiers d’habitat social et l'accès à l'emploi sont devenus des enjeux majeurs dans l'agglomération lyonnaise.
    Les principales lignes fortes desservent ces quartiers : T2 à Saint-Priest, C3 à Vaulx en Velin, T4 à Vénissieux, C2 à Rillieux la Pape...
  • L'accès aux zones d'emplois a été mieux pris en compte avec le développement des lignes Zi et la réorganisation de l'ensemble du réseau de bus en 2011.

 

Le développement des PDE-PDA :

Depuis 2002, des Plans de Déplacement d’Entreprises (PDE) ou d’Administrations (PDA), sont mis en place grâce à un partenariat entre le SYTRAL et les employeurs. Ce dispositif permet aux salariés de bénéficier d’abonnements à tarif réduit. En 2012, 18 000 salariés en sont bénéficiaires.
Des plans de déplacements inter-entreprises sont également mis en œuvre dans des zones d’activité importantes.

La mobilité est aujourd’hui reconnue comme une condition d’intégration sociale.
Le PDU a permis d’importantes avancées. L’amélioration de la desserte des périphéries et des secteurs d’emploi, ainsi que la mise en œuvre de services d’information et de sensibilisation des usagers, doivent être poursuivis

Enquête

D'après une enquête, 73% des personnes résidant à proximité de la ligne de tram T4 estiment que "le tram a facilité leurs déplacements".
Pour 57% de ces personnes, "le tram est un atout pour trouver du travail"...

Chiffres clés

+ 18 000

abonnés "City pass PDE-PDA"

80 %

des bus TCL sont accessibles

7 lignes ZI

pour la desserte des zones d'emplois appelées « Zones Industrielles »

Publications

PDU Suivi évaluatif équité sociale et territoriale

PDU Suivi évaluatif équité sociale et territoriale
Lire >

Facebook Twitter Google+

Pour un meilleur partage de l’espace public

Une volonté politique forte pour un meilleur partage de l’espace public.

HervouetLe PDU a permis d'acter et de mettre en œuvre le principe général de partage de la voirie, afin de rééquilibrer l'occupation de l'espace public.

L'essor du tramway à Lyon :

  • En 2000, la réalisation des premières lignes de tramway, T1 et T2, a constitué un signal politique fort pour un meilleur partage de la voirie.
    Des voies dédiées à la voiture ont ainsi laissé place au tramway (exemple : sur l'avenue Berthelot).
  • Par la suite, le développement de couloirs de bus a favorisé un meilleur partage de la voirie.

 

Une plus grande place pour les modes doux :

Le plan mode doux, adopté en 2009, et l’expérimentation de plans piétons, illustrent une politique d'aménagement des espaces publics en faveur des piétons et des vélos. Plusieur actions sont menées : 

  • Velo’V : première offre de vélos en libre-service sur l'agglomération lyonnaise mise en place à aussi grande échelle en France.
  • Développement de nombreux aménagements cyclables.
  • Aménagements piétons et vélos sur les berges du Rhône et de Saône.

 

Si l’automobile reste associée à une idée de liberté et d’autonomie, les transports collectifs sont désormais considérés comme indispensables, et le vélo bénéficie d’un fort capital sympathie. Autant de signes forts de l'adhésion des habitants à cette politique de mobilité fondée sur un meilleur partage de l’espace public.

Chiffres clés

150 km

de couloirs bus horizon 2014

490 km

de piste cyclable

50 000

abonnés Velo’V

Publications

PDU Suivi évaluatif partage de la voirie

PDU Suivi évaluatif partage de la voirie
Lire >

Facebook Twitter Google+

Le stationnement

La mise en œuvre d’une politique de stationnement est un élément majeur du PDU. Il s’agit d’un levier essentiel pour inciter au report de la voiture vers d’autres modes.

Le développement du stationnement payant :

On dénombre près de 35 000 places de stationnement sur voirie payantes dans le centre de Lyon, soit 1/3 des places. La priorité a été donnée aux résidents, avec le développement d’abonnements spécifiques, qui ont trouvé leur public, particulièrement dans les secteurs contraints.

Le renforcement des contrôles :

Le contrôle est également renforcé, avec la création à Lyon de l’Unité de Contrôle du Stationnement (UCS)  qui compte 90 agents.
Mais le stationnement payant demeure peu respecté (1h réellement payée par jour).

La suppression / création de places pour les voitures :

  • Le nombre de places sur voirie a diminué, avec des opérations comme les Berges du Rhône, qui a conduit à la suppression de 1600 places.
  • Parallèlement, l’offre en parc public en ouvrage s'est étoffée.
  • Le SYTRAL a créé des parcs-relais TCL aux extrémités des lignes majeures de transports en commun (24 P+R soit 7000 places en 2014) et TER. Certains connaissent une saturation liée à la progression de l'usage des transports collectifs pour rejoindre le centre de l'agglomération lyonnaise.

 

Le développement du stationnement pour les vélos :

Le stationnement pour les vélos se développe avec 7700 arceaux dans l’agglomération fin 2012. Le stationnement sécurisé dans les parcs auto en ouvrage se développe aussi.
Dans les parcs relais TCL, une réflexion est aussi en cours pour favoriser le stationnement des vélos.


Toutes ces mesures contribuent au renforcement de l'usage des modes de transports alternatifs en particulier dans / vers le centre de Lyon.
Sur Lyon-Villeurbanne 40% des résidents n’utilisent plus leur voiture !

Chiffres clés

Sur Lyon et Villeurbanne :

35 000 places

de stationnement payant

24 parcs relais TCL

= 7000 places

Publications

PDU Suivi évaluatif stationnement

PDU Suivi évaluatif stationnement
Lire >

Facebook Twitter Google+

La maitrise du trafic automobile

L’objectif de maitrise du trafic automobile est au cœur de la stratégie du PDU. Il s’agit de maîtriser les flux d’automobiles dans l’agglomération, afin de réduire la pollution de l’air et les nuisances sonores notamment..

Pourquoi maîtriser les flux d’automobiles ?

  • réduire la pollution de l’air,
  • réduire les nuisances sonores.

 

Quels moyens ?

  • Favoriser le report modal :
    Le choix des transports collectifs en site propre (tramway, trolleybus C1 C2) a contribué à repenser la place de la voiture dans la ville en libérant de l’espace au profit des modes alternatifs. Il s’agit  d'inciter les automobilistes à se reporter sur des modes de transport plus vertueux

 

  • Ré-équilibrer les axes routiers :
    La création de grandes voiries se poursuit dans l'agglomération lyonnaise  : périphérique nord, Boulevard Urbain Sud et Est, projet "Anneau des Sciences"...
    Cela n'a pas pour but de faciliter la seule circulation automobile, mais aussi de décongestionner et réaménager les voiries voisines.
    L'entrée Est de Lyon par l’A43 à Mermoz a été entièrement requalifiée afin de limiter la circulation automobile, favoriser d’autres modes de déplacement et améliorer le cadre de vie des riverains.
    Sur les voies rapides urbaines, la réduction des vitesses de circulation a constitué un autre levier visant à maîtriser le trafic automobile.
     
Au regard des objectifs du PDU et des actions réalisées, il est encourageant de constater que les indicateurs vont dans le bon sens avec la diminution de l'usage de la voiture dans l'agglomération, et à Lyon-Villeurbanne en particulier. Il reste néanmoins un point de vigilance aux portes de l’agglomération

Chiffres clés

Le trafic automobile en baisse :

Moins 15%

dans l’hypercentre de Lyon

Moins 7,7%

sur Mermoz suite au réaménagement

Publications

PDU Suivi évaluatif maîtrise du trafic automobile

PDU Suivi évaluatif maîtrise du trafic automobile
Lire >

Facebook Twitter Google+

Le transport des marchandises

Le PDU intègre la problématique du transport de marchandises sous l’angle du développement d’infrastructures de desserte multimodale et d’amélioration de la circulation et des conditions de livraison.

Tisser un cadre d’action partagé et développer des projets innovants

Le transport de marchandises recouvre des compétences et des champs d’intervention très variés. Pour favoriser le dialogue, une instance de concertation « TMV » a été créée en 2004. Sous pilotage du Grand Lyon, elle regroupe des acteurs publics et parapublics, des professionnels de la logistique et du transport, mais également des représentants du monde de la recherche et de l’innovation.

Vue de Lyon Vue de LyonAméliorer la desserte en centre-ville

Afin de gérer au mieux les derniers km de desserte en centre-ville, plusieurs expérimentations ont vu le jour.

A titre d’exemple :

- L’espace logistique urbain (ELU) expérimenté en Presqu’Île, est approvisionné tôt le matin et permet de stocker les marchandises avant leur livraison par camion électrique dans les commerces à proximité.

- Le système « BentoBox » vise à organiser la livraison du centre commercial de la Part-Dieu en dehors des heures d’ouvertures, via un système de conteneurs sécurisés.

Circulation en ville Circulation en villeOptimiser la circulation et le stationnement

Le transport de marchandise génère un trafic important et peut exercer une pression sur l’occupation de l’espace public. Pour permettre l’harmonisation de la réglementation, le Grand Lyon propose plusieurs guides : aide à la rédaction des arrêtés municipaux, définition des itinéraires poids lourds, aménagement et localisation des aires de livraison. Après avoir été expérimenté dans le nord de la Presqu’Île, un système de disque livraison limitant le stationnement à 30 min a été instauré dans tout Lyon et le centre-ville de Villeurbanne.

Développer une logistique multimodale

Le PDU encourage les infrastructures de desserte multimodale des marchandises, dans le cadre d’une stratégie à l’échelle de l’agglomération et au-delà (schéma de cohérence logistique de la Région urbaine de Lyon).

De multiples enjeux seront à prendre en compte dans les années à venir dans l’élaboration d’une stratégie adaptée à l’optimisation du transport de marchandises : e-commerce, transport fluvial, pollution, disponibilité et prix du foncier, etc.

Chiffres clés

130 000

mouvements de livraisons par jour dans l’agglomération lyonnaise dont 25% dans Lyon-Villeurbanne

3 000

poids lourds par jour au Port Lyon Edouard Herriot

Publications

Suivi évolutif transports de marchandises en ville

Suivi évolutif transports de marchandises en ville
Lire >

Facebook Twitter Google+

Les lignes fortes de transport collectif urbain

Le développement des lignes fortes de transports collectifs est une action majeure du PDU de 2005. Il s’agit d’améliorer l’offre de transports collectifs en alternative à l’usage de la voiture. 

Objectif d'amélioration des liaisons de transport Objectif d'amélioration des liaisons entre le centre et la périphérieObjectif « maillage pour tous »

L’ensemble des projets de lignes fortes programmées dans le PDU ont été réalisés : prolongement métro A à la Soie et métro B à Oullins, tramway T2 à Bel Air et T1 à Montrochet puis  Debourg ,  création de T3 et T4 de Feyzin à Jet d’Eau Mendès France puis à l’IUT Feyssine, création des trolleybus C1, C2 et C3, etc.
Ces lignes fortes répondent à l’objectif d’amélioration des liaisons entre le centre et la périphérie de l’agglomération.

Des lignes fortes qui dessinent la ville

La réalisation de lignes fortes s’accompagne d’un nouveau partage de la voirie, d’aménagement des espaces publics et participe parfois de projets urbains.
Ainsi des projets de renouvellement urbain, par exemple sur Vénissieux ou Vaulx-en-Velin, ont coïncidé et bénéficié respectivement de l’arrivée du tramway T4 et de la ligne C3.
Les nouvelles lignes de tramway notamment contribuent au dynamisme immobilier et économique des quartiers traversés ainsi qu’à l’amélioration du cadre de vie.

Fréquentation du réseau en hausse Fréquentation du réseau en hausseUne forte hausse de la fréquentation

Le réseau TCL propose le plus grand réseau de métro et tramway de France, hors Ile-de-France. Depuis 2009, il a connu une hausse de la fréquentation de 19% et a atteint en 2012 le nombre de 424 millions de voyages.
Avec le métro qui assure près de la moitié des voyages réalisés, et le tramway qui représente 15%, les lignes fortes dans leur ensemble sont utilisés  pour 2/3 des voyages.

 

 

 

Afin  d’optimiser les investissements consentis pour le développement des lignes fortes de transports collectifs,  l’enjeu

est que conformément aux orientations du schéma de cohérence territorial le développement résidentiel et

économique se poursuive prioritairement dans les secteurs qu’elles desservent.  L’augmentation de la capacité

et des fréquences de ces lignes fortes, associée à l’amélioration des performances du réseau bus, sont nécessaires

pour répondre  aux déplacements de plus en plus nombreux dans l’agglomération lyonnaise.

 

 

 

Publications

Plaquette suivi évolutif lignes fortes PDU

Plaquette suivi évolutif lignes fortes PDU
Lire >

Chiffres clés

2 milliards d’euros

ont été investis entre 2001 et 2014 pour développer le réseau de transport en commun lyonnais.

1,5 million

de voyages quotidiens en 2013

+19 %

de fréquentation du réseau TCL depuis 2009.